VAE VICTIS - La raison du plus fort

mardi 14 novembre 2017
par  thierry

Le 16 octobre dernier, le Lycée EFAGRIR-Franz Stock avait organisé une représentation théâtrale "VAE VICTIS - La raison du plus fort", sur le thème du Harcèlement en milieu scolaire et le Cyber-harcèlement.
Cette pièce, jouée par des comédiens professionnels, avait pour but de sensibiliser l’ensemble des élèves de notre établissement sur les dérives de harcèlement. Aussi tous les élèves ont vu la pièce et ont pu discuter, après la représentation, avec les auteurs et comédiens de cette pièce.

Adriana GORRIS étudiante en Préparation aux Concours du Domaine Social au Centre de Formation Continue IFE du LEAP EFAGRIR-Franz Stock, qui rêve de devenir éducatrice spécialisée, a rédigé un article, ci-dessous, sur cette pièce qui l’intéresse à plus d’un titre.
23517546_2045756639004768_7088943636398317349_n.jpg

Le théâtre VAE VICTIS, une pièce de théâtre sur le harcèlement


Lorsque nous entendons le mot « harcèlement » nous pensons au harcèlement scolaire, moi la première. Le titre de la pièce est « VAE VICTIS – La raison du plus fort », je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre sur cette pièce, ni comment les comédiens allaient mettre en scène le harcèlement.
Car il est vrai que le sujet ne met pas à l’aise : nous pouvons nous attendre à de la violence physique ou verbale.

L’école et le monde du travail, deux endroits hélas propices au harcèlement
Et ce fut le cas, j’ai assisté à la mise en scène du harcèlement dans deux domaines différents, l’école, bien-sûr mais par surprise le monde du travail. Je ne m’attendais pas à être spectatrice d’un homme face à sa chef, se faire dénigrer de la sorte. Même les collègues étaient acteurs !
Cette scène m’a beaucoup touchée car nous étions spectateurs, j’étais mal à l’aise face à cette scène, j’avais comme une envie de défendre la personne et expliquer à son harceleur ce qu’elle était en train de vivre. Oui, elle, car les comédiens avaient donné le mauvais rôle du harceleur à une femme, comme quoi il n’y a pas que les hommes qui harcèlent, les femmes sont pareilles.

La fabrique du bouc émissaire
Nous sommes plongés ensuite dans le monde du scolaire, la mise en scène de la rentrée, d’anciens élèves et d’une nouvelle ! Un élève, au nom d’Aurélien, se prend pour le chef et prend comme exemple l’Empire romain en faisant de ses camarades, ses esclaves.
Je me retrouve face à un adolescent prenant comme proie la nouvelle fille, en se moquant de son physique. Une phrase revenait souvent, trop souvent pour moi, car elle commençait à m’énerver. Pourtant cette phrase je la dis souvent, moi aussi, lorsque je taquine mon frère ou ma sœur. Cette phrase-là : « Je rigole, hein ! C’est pour rire ! ». Cette phrase donne envie de dire que non ce n’est pas drôle ce que subi la fille.

Mais nous comprenons à un moment que ce grand empereur d’Aurélien est battu par son beau-père. Une phrase m’a marquée : « j’en ai marre d’être le soumis, à moi d’être le dominant ! ». Ce qu’il subit, il le fait subir à la nouvelle. Mais ses actes ont des conséquences, alors que la nouvelle essaye d’en parler, d’autres racontent des rumeurs sur elle : qu’elle serait amoureuse de ce Lucas.
La rumeur se repend sur réseaux sociaux.

Un dénouement tragique de l’histoire
Les deux décident d’en finir avec eux même. L’une par cause de son harcèlement, l’autre par ses coups subis au quotidien. Nous sommes replongés dans la première scène du travail, où le mal-être est de retour car la chef crie sur son employé. Mais par surprise, un des employés réagi, ose remettre à sa place sa chef et lui explique que ce qu’elle fait est à la limite du harcèlement. La prise de conscience est enfin là.
J’ai retenu de cette représentation, qu’être spectateur d’un phénomène ne fais qu’empirer les actes. Le harceleur n’existe pas si le public n’y est pas. Je pense que cette pièce m’a beaucoup fait réfléchir et est une bonne prévention pour montrer aux lycéens, collégiens ce que nous pouvons nous faire entre nous et qu’il peut y avoir de grosses conséquences.

Adriana GORRIS, Etudiante en Préparation aux Concours du Domaine Social.